Communiqué de Presse du cdH de La #villedeBruxelles #démission #YvanMayeur

 Communiqué de presse du cdH de la Ville de Bruxelles
«Démission inéluctable dont la décision est à saluer»

Le cdH de la Ville de Bruxelles a pris acte de la démission, du bourgmestre Yvan Mayeur suite au scandale du Samu social. A l’instar des nombreux partis à la Ville de Bruxelles, le cdH avait estimé ce matin cette démission inéluctable après la succession des révélations et des contradictions concernant ce dossier. Le cdH de la Ville de Bruxelles avait, par la voix de Joëlle Milquet, déjà exprimé en conseil communal mardi dernier, le caractère démesuré et non-éthique des montants perçus et reprochés la non transparence ainsi que le changement soudain de version dans les explications données.

Quelles que soient les circonstances qui entourent cette démission, nous voudrions humainement saluer le geste posé et la volonté énergique d’Yvan Mayeur de développer sa ville, même si nous ne partagions pas toujours les mêmes idées et surtout la même méthode.
Afin que ce changement de personne soit également un changement de gouvernance et une vraie rupture dans la manière de gérer la Ville, le cdH de la Ville de Bruxelles demande à la majorité qu’une réunion imminente ait lieu avec les partis de l’opposition afin de finaliser les différentes propositions de réforme de gouvernance que l’opposition, à l’initiative du cdh , avait exigé depuis janvier. Il sera en effet indispensable que cette initiative essentielle puisse arriver dans les plus brefs délais à des décisions fortes et concrètes dans le cadre du groupe de travail mis sur pied à notre demande.
Cet évènement devra aussi être l’occasion de réorienter les priorités de la ville pour les recentrer au service des citoyens et de changer radicalement de méthode en vue d’être plus à l’écoute des habitants et plus respectueux de leurs avis et attentes.
 

« Le gouvernement congolais doit exécuter sans délai l’accord conclu avec le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement et offrir une sépulture digne à Etienne TSHISEKEDI et, à défaut, la Belgique et la Communauté internationale doivent envisager de vraies sanctions »

Groupe cdH
Parlement bruxellois

 Suite notamment à une rencontre entre une délégation du cdH emmenée par Joëlle MILQUET, accompagnée de Pierre KOMPANY, Bertin MAMPAKA, Parlementaires bruxellois et Jean-Yves KITANTOU, Président du cdH de Molenbeek et une délégation de l’UDPS emmenée par le Président de l’UDPS BELUX, André Kambanda Kana, accompagné du Vice-Président Ange Pabolangi, le cdH tient à exprimer sa profonde inquiétude relative à la situation au Congo et au silence et à l’inaction du gouvernement congolais.
a) Le cdH demande tout d’abord :
que le gouvernement congolais, juridiquement non légitime, exécute dans les jours qui viennent, l’accord conclu avec le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement ;

qu’il nomme le Premier ministre proposé par le Rassemblement et ouvre le gouvernement à une composition plurielle selon les termes de l’accord intervenu ; 

que le gouvernement congolais offre à la dépouille d’Etienne Tshisekedi un retour au pays dans les meilleures conditions de sécurité et lui organise les obsèques nationales qu’il mérite et encourage une transition apaisée.

b) Le cdH demande ensuite que le gouvernement belge s’exprime enfin d’une seule voix de manière ferme et pèse de tout son poids pour faire bouger le gouvernement congolais afin qu’il respecte ses engagements dans le cadre de l’accord intervenu fin 2016.
c) A défaut, le cdH demande que des mesures soient prises notamment par les organisations internationales, l’Union européenne et les différents pays membres qui la composent dont la Belgique. Un signal fort en termes de sanctions à l’égard des dirigeants du gouvernement congolais actuel doit être lancé si la situation continue à ne pas évoluer.
d) Enfin, nous demandons qu’une commission d’enquête internationale puisse se constituer sur les massacres perpétrés par les forces gouvernementales notamment encore ces derniers jours au Kasaï.

Communiqué de Presse:Des propositions volontaires pour le printemps de la gouvernance!

Le bureau politique du cdH s’est réuni ce lundi matin 23/01/2017. L’affaire Publifin/Nethys requiert des réponses fortes de l’ensemble des formations politiques.

Le cdH a pris ses responsabilités et a déjà posé un geste fort avec la démission de ses administrateurs chez Publifin/Nethys qui ont vu d’abord l’intérêt général avant l’intérêt particulier. Les nouveaux administrateurs du cdH demanderont qu’un audit complet soit engagé dans les plus brefs délais. Ils rempliront leur rôle d’administrateur gratuitement, comme Cédric Halin, mandataire communal cdH, qui a dénoncé les pratiques inacceptables en matière de rémunération dans l’intercommunale Publifin  
Le cdH invite les autres formations politiques – PS, Ecolo, MR – à faire de même en déchargeant leurs administrateurs et en les remplaçant rapidement.
 
Un contrôle externe indépendant
Le cdH propose de désigner un corps indépendant d’experts juridiques et financiers (auditeurs) extérieurs à l’administration et chargés de vérifier le cadastre de l’ensemble des intercommunales et structures publiques, de l’ensemble de leurs activités, filiales et rémunérations s’y rapportant.
Ce corps indépendant aura aussi pour mission de superviser la mise en œuvre effective de tous les mesures de gouvernance, en particulier les nouvelles mesures à mettre en place. A ce titre, le cdH a déjà a déjà proposé de :
Mettre en place la commission de déontologie et d’éthique francophone dont la mission est de rendre des avis publics en ces matières ;
Renforcer les règles de prévention des conflits d’intérêts en imposant à tous les mandataires publics de soumettre leurs mandats à la Commission de déontologie qui déterminera la compatibilité des mandats exercés et détectera les conflits d’intérêt éventuels.
Faire entrer toutes les sociétés participées sur fonds publics dans le champ d’application des règles de rémunérations et de plafonnement de celles-ci ;
Interdire le cumul entre toute fonction exécutive au sein d’une société participée sur fonds publics et tout mandat électif (et dérivé) ;
Garantir la publicité et la transparence des intercommunales en ouvrant leur conseil d’administration au public ;
Confier aux conseils communaux et provinciaux la responsabilité directe de voter la décharge aux administrateurs des intercommunales sur présentation d’un rapport écrit, circonstancié et motivé des mandataires ;
Imposer des jetons de présence aux mandataires publics (plafonnés à 150 euros pour les administrateurs, 250 euros pour un Vice-Président et 300 euros pour un Président) et supprimer toute rémunération fixe non liée à leur présence ;
Faire entrer les non-élus dans le champ d’application des règles en matière de rémunération et de mandat ;
Renforcer les sanctions applicables aux mandataires qui ne respectent pas les règles. Ces sanctions pourront aller jusqu’à la déchéance du mandat et l’inéligibilité.
 
Le cdH invite chacun à prendre ses responsabilités rapidement pour que la transparence et la sobriété en matière de rémunération soient rapidement mises en œuvre. Depuis 2004, le cdH n’a eu de cesse d’assainir les mœurs politiques en diminuant par exemple de 50 % le nombre d’intercommunales et en plafonnant les rémunérations et les cumuls des mandataires publics.
Le cdH mettra tout en œuvre au sein du Gouvernement et du Parlement de Wallonie pour que ces nouvelles et nécessaires mesures soient très rapidement mises en œuvre pour mettre fin à des pratiques insupportables et injustifiables.
La situation invite en outre, avec insistance, à une réflexion approfondie sur la structure, la composition du capital, les objectifs stratégiques légitimes des outils économiques publics (télécom, énergie).